Du 2 au 5 Mai 2016 s’est tenu à PEKIN le salon international du vieillissement (SALON CISSE).

Organisé par des acteurs institutionnels incontournables en Chine : la « China Association of Social Welfare » et la « China Silver Industry Association » avec le soutien du Ministère des affaires sociales et de la Municipalité de Pékin, la France, s’est distinguée par la venue de 13 structures réunies au sein du Pavillon France à l’initiative du bureau BUSINESS France de Pékin. Le dernier jour a été marqué par une conférence organisée à l’ambassade de France à Pékin réunissant les acteurs Français, la presse Chinoise et un panel d’investisseurs.

La Chine, s’enrichit, mais vieillit aussi très rapidement. Les +80 ans représenteront ainsi 6,5% de la population en 2050 (1,9% actuellement).
– Cette situation est aggravée par l’affaiblissement de la solidarité intergénérationnelle (politique de l’enfant unique, évolution des mentalités, mobilité des actifs).
– Prévalence accrue de nombreuses maladies chroniques (+30% de cas de démence sénile en 10 ans par exemple).
– En 2010, les autorités chinoises ont lancé le programme 9073. Objectifs = 90% des personnes âgées vivent à domicile, 7% bénéficient d’un accueil de jour, 3% vivent dans des résidences spécialisées. Ce plan inclut notamment des objectifs de développement des capacités d’accueil des personnes dépendantes (42 500 structures d’hébergement actuellement).

La France avec son expertise dans les domaines de la prise en charge du vieillissement représente un modèle intéressant pour les Chinois. BIEN VIEILLIR EN ILE DE FRANCE, seul acteur du maintien à domicile Français présent (Services d’aide à domicile et services de soins infirmiers à domicile), a pu présenter son expérience et susciter l’intérêt du public et de la presse chinoise, puisqu’il n’existe pas d’équivalent en termes de prise en charge du grand âge à domicile.

Selon son administrateur, Didier PAGEL, « si la Chine n’est pas encore prête pour généraliser une offre de soins et d’aide à domicile, elle apprend et progresse très vite. Il est probable que ce qui a mis quelques décennies à se construire en France trouvera son équivalent en Chine en seulement quelques années ».